Fédération PCF 81 du Tarn

Fédération PCF 81 du Tarn
Accueil
 
 
 
 

Le Conseil Sanitaire Territorial du Carmausin Ségala écrit au préfet.

Lettre à monsieur le Préfet du Tarn au nom du Conseil Sanitaire Territorial du Carmausin/Ségala

 

Carmaux, le 24 mai 2017

 

Monsieur le Préfet,

Depuis plusieurs semaines, deux médecins généralistes de Carmaux  ont annoncé leur départ de cette ville pour exercer sur un autre territoire, c’est leur choix et leur droit, les patients et la population sont sous le choc.

En effet, c’est à ce jour, plus de 800 patients qui sont en attente de médecins-référents (liste d’attente chez les médecins de la Caisse des Mines de Carmaux), l’angoisse et le stress mettent nos concitoyens dans le désarroi. Cette situation n’est pas tenable, pour les malades et les praticiens qui pourraient voir leur temps de visite augmenter et leur condition de travail se dégrader.

D’autres soucis pour ces personnes touchées, leur parcours de soins est interrompu pour consulter un spécialiste (pour celles et ceux qui bénéficie du tiers-payant, ils ne le peuvent plus), le non renouvellement de leurs ordonnances auprès des pharmaciens  n’est pas possible (plus de médecins référents) et puis tout simplement l’offre de soins est difficilement  assurée aux consultations ordinaires.

Un Conseil sanitaire territorial de santé s’est constitué pour travailler à la recherche de solutions à cours et moyens termes et appeler à la solidarité, notamment auprès des plus fragiles d’entres nous.

Ce Conseil sanitaire composé de représentants d’élus, de professionnels de santé, de patients et de leurs familles, des représentants de syndicats entend être associé à toutes recherches de propositions pour enrayer ce désert médical en cours.

Nous vous sollicitons pour intervenir auprès de la CPAM du Tarn (pour la continuité des prises en charges dans le parcours de soins des assurés), puis de demander à l’Ordre des médecins du Tarn d’examiner la situation particulière qui nous est faite sur ce territoire et auprès de l’Agence Régionale de Santé (garante de notre sécurité sanitaire) qui doit, elle aussi, participer au règlement urgent et nécessaire pour que ne s’installe pas durablement ce désert médical en cours.

Je sais, Monsieur le Préfet, que vous serez sensible à notre sollicitation.

Recevez, Monsieur le Préfet, l’expression de ma haute considération.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.